Kotsuhiroi

Hiver 2015

 


Poème publié dans le livre de Jan Van Rijn "In The Woods & On The Hearth"


 

 

 

EN / FR    

 

GENOME

EN / FR

Mes larmes ont recouvert ton sexe

de ces rencontres quotidiennes

avec un autre nous-même

de ce visage effacé

chaque jour

 

pour donner satisfaction

à  nos fantasmes cachés

La nuit de ton corps

mouille mes rêves

et je glisse

l’objet sans nom

dans la lenteur et le lent

mouvement

le fluide s’écoule

une soie chaude sur les doigts

Une femme qui a changé

son sourire

et cette main brûlante

qui écarte la nuit

Le cuir du corps moulant

le souhait

attachée à l’envie

la chair marquant le désir

le souffle

respiration de l’intime

Corne de plaisir

qui pousse vers le bas

dans la sensation de la terre

émotion de cette pluie chaude

qui coule

Sucer la plaie de ce sexe

salive cicatrisant la blessure

je crache sur tes plaies

et pose mes mains

salive de paroles

une nourriture de toi

Dans cette connaissance

ces cieux intérieurs

retournés

pour que ton visage

bascule de l’autre côté

L’arrière de toi ouvert

Essuyer tes pieds de ses blessures

meurtris de mensonges

laisser couler des caresses d’abondance

du regard le début

le moment intime

L’humeur versée dans la bouche

loin de l’inodore

un peu visqueuse

d’ajouter des mots de transpiration

de pisser de l’eau

de détourner les yeux du ciel

Fermer la bouche encore

étouffer le bruit

Les cheveux blessés

Déflorer les jours

ôter la fraîcheur de la nuit

la recouvrir de bruits

rejeter par la gueule

le déguisement

matière expulsée

organe d’une prière longue

Le pubis déployé

substance liquide opaque

blanc

regard perdu

puni d’avoir goûté

Refouler dans le fond le flux

du désir

sceller ce sentiment

suave dans la bouche